Firestone

Aujourd'hui, je veux vous parler d'un lieu un peu particulier, qui se trouve à une heure de route asphaltée, au Sud de Monrovia, juste à côté de l'aéroport International Robertsfield.

Située dans un ancien marais de palétuvier et de jungle, il s'agit de la plantation de caoutchouc la plus grande au monde. Elle a été crée en 1926, lorsque la compagnie de pneus Firestone a loué 1 million d'hectares dans cette région pour la modique somme de 6 centimes l'hectare par an avec une concession de 99 ans à prix fixe. Cela fut fait un peu sous la menace qu'en cas de refus du gouvernement, il n'y aurait aucune aide au développement. Au plus fort de la production, la plantation occupait 20'000 employés sur place, ce qui représentait plus de 10% de la population active libérienne. Le Libéria fut connu comme la république de Firestone. La plantation fut construite sous la supervision de Harvey S. Firestone lui-même. (La ville d'Harbel toute proche est d'ailleurs la concaténation de Harvey et de Isabelle sa femme).

Usine principale Firestone

Le commerce de caoutchouc était très petit avant 1840. C'est la découverte de la vulcanisation cette année-là, qui a rendu le caoutchouc plus clair, plus flexible, moins affecté par les changements de température et beaucoup plus utile pour les pneus de bicyclette. En 1840 la Grande-Bretagne a importé 300 tonnes, alors que depuis 1900 elle en a importé 20,000 tonnes. La plupart du caoutchouc de 19ème siècle était un produit naturel cueilli dans l'Amazone sur des arbres sauvages. Les Britanniques ont voulu avoir des réserves dans l'Empire britannique. En 1876, sous l'apparence du ramassage des échantillons botaniques, Henry A. Wickham "a avec succès fait passer clandestinement" des caisses pleines de graines de caoutchouc du Brésil. Les Britanniques ont pris ces graines de hévéas du Brésil et avec eux a commencé des plantations expérimentales dans Malaya.

Arbre à caoutchouc

Franc Seiberling a fondé Goodyear Tire and Rubber Co à Akron en 1898 (la compagnie est fondée sur le nom de l'inventeur et n'a pas été rattachée à l'inventeur) et en 1899 Harvey Firestone a créé le Pneu de Firestone et Caoutchouc Co.: le dernier devait finalement être acquis par la Corporation du Japonais Bridgestone. Avant les années 1920 la formation du cartel de caoutchouc dans l'Asie du Sud-est par les britanniques aide à élever le prix du caoutchouc (il n'est donc plus lié à la demande de l'industrie automobile)

Pendant les années 1920, les fabricants américains de caoutchouc (comme le Caoutchouc américain, Goodyear, Firestone), ont acheté des plantations considérables dans un effort de faire baisser les prix et répondre au cartel britannique. En 1927 la Compagnie de Moteur de Ford a établi "Fordlandia" au Brésil, une plantation d'un million d'acres libre des taxes depuis 50 ans.

En 1926 la Compagnie de Plantations Firestone a acquis le droit de louer un million d'acres de terrain - grossièrement 4% du Libéria - pour la durée de 99 ans. Firestone a développé sa propre compagnie de télégraphe, la "Trans-Liberia Radiotelegraph Company", pour faire marcher une radio à ondes courtes d'Akron OH aux plantations de caoutchouc au Liberia.

Quand la Malaisie est tombée en mains japonaises pendant la Seconde Guerre mondiale, la plantation Firestone au Liberia est devenue un fournisseur principal de caoutchouc pour les forces Alliées. En 1943 la compagnie a fait $35 millions de ses opérations au Liberia. La domination de l'économie Libérienne par Firestone et d'autres compagnies américaines était si complète qu'en 1943 le Liberia a adopté le dollar américain pour devise (à l'époque, 1 dollar libérien valait 1 dollar américan. Aujourd'hui le change est de 56:1)

Arbres à caoutchouc

Les plantations Firestone de caoutchouc au Liberia avaient une très grande proportion de manoeuvres (et fut donc le principal employeur du Libéria), leur fournissant certes du travail, mais dans de bien pauvres conditions. Avant le milieu des années 1960 il y avait plus de 20,000 ouvriers à Harbel, alors que vers la fin du 20ème siècle il n'en restait plus que la moitié. Selon une estimation, il y avait plus de 100,000 personnes dans le voisinage d'Harbel qui dépendaient de la plantation. Cela faisait de la plantation Firestone le deuxième centre de population dans le pays, après Monrovia. Firestone a eu en sa belle époque deux hôpitaux, vingt écoles et l'usine d'embouteillage de Coca-Cola.

Eglise

Firestone s'est retiré des affaires de plantation depuis le début des années 1980, en vendant les arbres plus vieux et moins productifs à un entrepreneur Libérien. La Compagnie d'Agriculture de Liberia (LAC) est la deuxième compagnie de plantation de caoutchouc dans le pays, opérant dans le comté de Grand Bassa.

Plantation

Le gouvernement Libérien a activement coopéré dans les demandes de la compagnie. La législature Libérienne a été modifiée et le gouvernement a exproprié de leurs terrains plusieurs libériens et les a distribués ensuite à Firestone. Les gens devenaient presque des esclaves.

Cela a causé plusieurs insurrections, qui ont été réprimées par la force militaire Libérienne. En recrutant les services de fonctionnaires Américo-libériens, les impérialistes américains réussissent progressivement à convaincre les paysans de quitter leurs villages et de travailler sur les plantations de caoutchouc.  Le recrutement est réalisé à grande échelle conformément aux ordres des chefs de villages, à qui on paie un cent pour chaque ouvrier fourni.

Le gouvernement a aussi établi un bureau central de la main-d'œuvre à travers lequel les Nègres en bonne santé sont enrôlés dans les bataillons de la main-d'œuvre et expédiés aux plantations. Le gouvernement reçoit une commission sur chaque homme fourni. Les ouvriers reçoivent environ trois cents par jour et sont contraints au journée de 14 ou 15 heures dans les conditions les plus brutales et démoralisantes.

Dans quelques parties du Liberia l'esclavage réel existe. Kathleen Simon, la femme du Libéral britannique monsieur John Simon, écrit, "si le nombre d'esclaves est de 100,000  ou 500,000 personne ne peut dire." Le gouvernement Libérien connaît non seulement l'existence de l'esclavage, mais l'a même légalisé pour permettre à quelques politiciens dégénérés de mener la belle vie et de profiter du commerce d'esclave avec les commerçants portugais.

(Je vous conseille si vous en avez l'occasion de regarde le film « AMISTAD » qui parle d'un insurrection d'esclaves sierra léonais sur un bateau espagnol)

Le commerce d'esclaves du Liberia est devenu un tel scandale international que même les Nations Unies ont été forcées de faire un geste. Elles ont mis sur pied une commission internationale. La commission, malgré ses essais de blanchir le gouvernement, a été contrainte de reconnaître que l'esclavage a existé. Comme cela était attendu, la commission a entièrement disculpé les impérialistes américains pour la partie qu'ils ont jouée dans le recrutement du travail forcé en déclarant qu'ils "n'ont découvert aucune évidence que Firestone a consciemment employé le travail forcé".

Usine Firestone

Ils n'ont trouvé aucune évidence parce qu'ils savaient qu'en cas de découverte, ce serait embarrassant pour le gouvernement américain pour prendre des mesures officielles. Une telle déclaration est une façon perspicace de blanchir Firestone et de fournir en même temps au gouvernement américain le prétexte pour toujours avoir un plus grand contrôle sur le Liberia.

Après plusieurs années de cessation d'activités dues à la guerre, le travail reprend petit à petit. Même si l'activité avait été réduite durant la guerre, la plantation fut épargnée des pillages et de la destruction (excepté le massacre de 600 civils réfugiés dans la plantation en 1993), tout le monde ayant compris que cela pouvait être une source de revenus non négligeable. Et si l'aéroport se trouve juste à côté, ce n'est pas pour rien : il permettait aux hommes d'affaires d'être rapidement sur place, et à la marchandise de circuler rapidement. Il est intéressant de discuter avec les responsables de la plantation, qui habitent ici depuis des dizaines d'années. Aujourd'hui pour profiter de l'espace vert à disposition, un golf de 18 trous est implanté au milieu des arbres. Mais mis à part le salaire de misère payé aux employés (quelques dizaines de francs par mois), l'état libérien n'en retire aucun bénéfice, en raison des clauses de la concession.

Pensez-y lors de votre prochain achat de pneus Firestone.

[Histoire] [Monrovia] [Guerre Mondiale] [Zwedru] [Voinjama] [Sanniquelle] [Firestone] [Plages] [Medias LR]