La Mer Morte

J'espère que vous avez tous profité des vacances, avec pour certains la fraicheur de Juillet et la canicule d'Août. Les grosses chaleurs (un pic à 60 degrés a été mesuré en Bagdad en juillet) au bord de la Mer Morte étant derrière nous, le Ramadan étant terminé, la vie reprend son cours normal et les touristes affluent entre septembre et décembre pour profiter du climat à plus de 30 degrés au bord de la Mer Morte. Pour tous ceux qui rêvent encore de vacances, la saison touristique en Jordanie bat son plein durant l'automne et le printemps. Ici, je n'ai pas à me plaindre de la météo. Fin juillet, un pic de 45 degrés à été enregistré à Amman, mais tout le mois d'août, cela a oscillé entre 30-33 degrés, donc très agréable. Encore maintenant en octobre, il fait entre 25 et 30 degrés.

Dead Sea Spa Hotel

Certes, le printemps arabe est aussi passé un peu par la Jordanie (mais pas trop) et cela s'en ressent sur la fréquentation touristique. Des baisses jusqu'à 30% sont enregistrées. En effet, bien que la Jordanie soit considérée comme un pays touristique (avec notamment le Wadi Rum, mais aussi Petra et la Mer Morte), c'est n'est bien souvent qu'une deuxième destination, après un circuit commencé soit en Egypte, soit en Syrie. Ces deux pays ayant connu un printemps arabe bien plus violent, nombre de touristes fuient ces pays, et donc la Jordanie du même coup. Il faut dire qu'avec Israël et l'Irak comme autres voisins, cela peut laisser songeur.

Sel sur cailloux de la Mer Morte     La Côte de la Mer Morte

Après vous avoir parlé dans mon dernier message du site du baptême de Jésus Christ, laissez-moi vous parler aujourd'hui de la vallée du Jourdain en général. Connaissez -vous tous la Mer Morte ? Pourquoi dit-on qu'elle est morte ? Avec un taux de salinité de 33.7% (8.6 fois plus que les Océans) qui en fait une réserve d'eau les plus salées au monde, toute vie animale ou végétale y est impossible (excepté quelques rares bactéries et champignons microscopiques). Et vous avez bien sûr tous entendu parler de l'effet de flottaison que procure une telle concentration de sel (densité de 1.24 kg/l). J'ai voulu expérimenter cet effet, et croyez-moi, cela a dépassé toutes mes attentes. Plus on s'avance dans l'eau, plus notre corps semble léger. Et une fois presque complètement immergé, il suffit de s'incliner très légèrement ou de lever un peu une jambe, pour tout de suite avoir l'impression que nos jambes sont des bouées qui ne cherchent qu'à flotter. Il est donc très difficile de rester debout dans l'eau, car à chaque pas, les jambes montent. On se retrouve donc très facilement à flotter comme un matelas gonflable. Et une fois en position allongée il est très difficile de se relever. Je vous conseille de favoriser la position sur le dos. Car la moindre goûte d'eau dans les yeux et vous hurlerez le temps de sortir trouver un peu d'eau fraiche pour se nettoyer les yeux. Et goûter l'eau sur la langue n'est pas conseillé non plus, car très désagréable. Et bien entendu, si vous avez des plaies, vous éviterez tout bain dans la Mer Morte, sauf si vous désirez une cicatrisation immédiate dans la douleur, vu la réaction du sel sur une plaie.

Flotaison sur la Mer Morte     Sel de la Mer Morte

Altitude 0     Route le long de la Mer Morte

Les plages de la Mer Morte sont connues pour être le point le plus bas au monde, à une altitude de -423 sous le niveau de la Mer. Et ce record ne cesse d'être pulvérisé chaque année, le niveau de la mer s'abaissant actuellement au rythme de presque 1 mètre par année. L'altitude était de 395 mètres en 1970, pour se retrouver à 418 mètres en 2006 (donc voilà plusieurs années, la Mer se trouvait au dessus de la route actuelle). Et cet abaissement va en s'accélérant, principalement due à une diminution de la pluviométrie dans les bassin des eaux de la Mer Morte, et un pompage de plus en plus important de l'unique source d'arrivée d'eau, le Jourdain. Le Jourdain, très connu dans la Bible pour de nombreux récits dont notamment le baptême du Christ par Jean-Baptiste, se voit aujourd'hui amputé de 90% de son eau à son extrémité, dû au pompage pour les cultures. Alors qu'en 1980 son débit était de 1500 millions de mètres cubes, le débit n'est aujourd'hui plus que de 20-30 millions.

Les autorités Jordaniennes, Israéliennes et Palestiniennes cherchent un moyen de remédier à ce problème. Un projet consiste à pomper l'eau en Mer Rouge pour la déverser dans un canal qui relierait alors la Mer Morte sur 180 kilomètres pour un dénivelé de plus de 400 mètres. Cela permettrait ainsi de maintenir le niveau de la Mer mais aussi d'approvisionner la Jordanie en eau potable déssalinisée. Ceci demanderait beaucoup d'énergie et pour remédier à cela, la Jordanie a annoncé en 2011 (à peu près à la même période que Fukushima au Japon) ses plans pour la construction de la première centrale nucléaire du pays. En attendant, l'extraction des sels, boues et potasses continue.

La Mer Morte bleu trompeur     L'usine d'extraction de potasse

La Jordanie ne pouvant plus attendre (la moitié de l'eau pompée devant lui revenir pour générer de l'eau potable), elle avance de façon unilatérale dans le projet de canal pour la première excavation. En Mars 2011, les autorités ont annoncé avoir retenu 6 compagnies pour cette première phase qui va durer 7 ans. Mais de nombreuses voix s'élèvent contre ce projet, car aucune étude d'impact environnemental n'est encore terminée. Les organismes de protection de l'environnement ne redoutent en fait des dommages irrémédiables à l'écosystème de la Mer Morte, des dommages aux coraux de la Mer Rouge, des dommages à la région entre les deux mers et aux vestiges archéologiques, dont le premier site au monde d'extraction de cuivre.

Lac de Tibériade

 

Donc, en attendant de pouvoir cultiver le sud de la Mer Morte, la Jordanie s'active à exploiter le nord (ce qui fait une mer de serres de plastique comme on le constate sur les photos ci-dessous), le long du Jourdain, une vallée qui s'étend sur 120 kilomètres, du Lac de Tibériade (photo de gauche) jusqu'à la Mer Morte. C'est dans cette vallée que se trouvent la majeure partie des cultures maraichères du pays, principalement grâce à une irrigation extensive avec l'eau pompée du Jourdain.

 

 

Frontière Israélo-Jordanienne

 

 

 

Et cette eau fut même à l'origine de la guerre des 6 jours en 1967 entre Israël et la Syrie. Israël détournait une bonne partie de l'eau, ce qui ne plaisait pas à la Jordanie et la Syrie. Ces deux derniers pays se sont alors alliés afin de dévier l'eau à la source du Jourdain, ce qui aurait amputé Israël d'environ 35% de son eau du Jourdain. Ce dernier à donc riposté par une attaque aérienne en Syrie et à la fin de la guerre des 6 jours, le territoire israélien fut multiplié par trois (on découvre sur la photo de droite, la frontière israélo-jordanienne, à 1 kilomètre du plateau du Golan).

 

 

 

Mer de plastique dans la vallée du Jourdain Mer de plastique dans la vallée du Jourdain
Mer de plastique dans la vallée du Jourdain
Mer de plastique dans la vallée du Jourdain Mer de plastique dans la vallée du Jourdain

Bref, l'eau n'a pas fini de faire parler d'elle en Jordanie, sachant que ce pays est considéré comme le 3 pays le plus à risque au monde au niveau des ressources en eau, juste derrière la Mauritanie et le Koweït. En attendant, les hôtels l'utilisent abondamment, afin de rivaliser de beauté autour de leurs piscines et plages.

La verdure des hotels du bord de mer     Les plages de sable fin des hôtels

Vous désirez en savoir plus, alors planifiez vos prochaines vacances en Jordanie.

 

[Amman] [Petra] [Wadi Rum] [Jerash] [La Mer Morte] [Site Baptême Jésus] [Nebo-Madaba] [Karak] [Aqaba] [Umm Qais] [Châteaux] [Ramadan]