Lalibela

Maisons de Lalibela

Le village de Lalibela (un des plus merveilleux coins que j'aie découvert dans cette contrée), est très connu pour ces églises taillées dans la roche et en fait l'attraction principale de l'Éthiopie. On le surnomme "St-Pierre d'Afrique". Bien que ce soit le lieu le plus touristique du pays, l'électricité au village ne date que de 4 ans, la première banque est encore en construction et il n'y a toujours pas de station essence. Lalibela reste perdu dans les montagnes arides du Lasta, à une altitude de 2630 mètres (alors que l'aéroport, à 40 kilomètres de là par une route fraîchement goudronnée voilà 2 ans ne se trouve qu'à 1500 mètres, perdu lui aussi au milieu de nulle part).

Panorama

Jusqu'en 1997, avant la première amélioration de la route, le village était inaccessible en saison des pluies. Mais depuis des années, Lalibela reste un haut lieu de pèlerinage. Il y a des églises enfouies partout, des tunels dans toutes les roches. Cela sera pour longtemps encore un haut lieu culturel pour la chrétienté. Encore aujourd'hui, malgré le statut touristique de la ville, en pénétrant dans la ville, on a l'impression de rentrer dans une capitale féodale vieille de 700 ans.

Maisons de Lalibela

Mais bon, si on commence par le début, cela ira mieux. Reprenons l'histoire dans l'ordre. Lalibela (de son ancien nom Roha) fut la capitale de la dynastie Zagwe au 12e siècle. La ville fut rebaptisée à la mort du roi Lalibela, à qui on associe la construction de la majorité des églises.

La légende de Lalibela:

Bible

Peu après la naissance du futur roi Lalibela, un gros nuage d'abeilles vint encercler son berceau. Sa mère, voyant dans les abeilles comme un symbole de soldats qui vont un jour servir son fils l'appela Lalibela, ce qui veut dire "Les abeilles ont reconnu sa souveraineté". Très vite le futur roi attisa la jalousie de ses grands frères dont celle du régent actuel, le roi Harbay. Le roi tenta de nombreuses fois d'assassiner son rival, le point culminant étant une potion empoisonnée qui fit entrer le roi dans un sommeil profond. Pendant trois jour, Lalibela fut transporté au paradis par des anges. Là Dieu lui demanda de construire des églises comme on en n'avait encore jamais vues auparavant. Le roi revint alors a lui, avec des instructions très précises quant à la location, à l'architecture et à la construction des futures églises.

Objets liturgiques

Après que le roi Harbay se fut réconcilié avec son jeune frère et qu'il ait abdiqué en sa faveur, Lalibela fut proclamé roi. Aussitôt tous les plus grands ouvriers convergèrent vers la cité et la construction débuta. Taillant la roche tout au long de la journée, la force ouvrière humaine était remplacée dès la nuit tombée par des ouvriers célestes. La construction fut terminée en un temps record.

Prêtre
    
Bet Merkorios

Prêtre   Bet Gabriel-Rufael

Les Eglises

D'après les traditions locales, on date les églises du 12e au 13 siècle, donc lors du règne du roi Lalibela. On raconte que le roi était exilé à Jérusalem et qu'à son retour il se décida à fonder une nouvelle ville sainte. Peut-être voulait-il faire un nouveau Jérusalem en Afrique, loin des terres musulmanes et accessible à tous les éthiopiens. Mais les noms des différent lieux des églises sont évocateurs: Le Jourdain, le Calvaire, la tombe d'Adam, la grotte de Bethléem (en photo ci-dessous)

Etable de Bethléem

Ces églises sont impressionnantes pour trois raisons: Elles ne sont pas construites dans une grotte, mais complètement excavées de la montagne. La taille de la pierre est très raffinée et enfin parce qu'il y en a tellement si proches les unes des autres (rien que 11 au centre du village).

Bet Giyorgis

Pour les construire, les ouvriers commençaient d'abord par marquer une grande surface sur la roche. Puis ils creusaient des tranchés autour jusqu'à ce qu'un bloc central soit libéré. C'est alors qu'ils commençaient à sculpter la roche, d'abord un tunnel pour atteindre le centre du bloc, puis l'église prenait forme de l'intérieur. La roche volcanique rouge était très souple à tailler. On ne sait toujours pas exactement qui furent les architectes. Les spécialistes estiment qu'il a fallu plus de 40'000 ouvriers. On peut aussi exclure une intervention étrangère (tant mortelle que céleste). Ces églises représentent le summum d'une longe tradition de construction éthiopienne. De grands talents de maçonnerie ont toujours existés tout au long de l'époque Aksumite, dont on peut voir de nombreux restes stylistiques sur les façades de ses églises. Si des anges ont construit ces églises, alors ils devaient être éthiopiens.

Bet Amanuel

Aujourd'hui, beaucoup de touristes sont choqués par tous les toits de tôles qui recouvrent les églises et les échafaudages de bois qui cachent les façades. Depuis 1990, l'érosion est devenue un phénomène important. C'est pourquoi l'union européenne a financé un projet pour la construction de toits, en attendant que des fonds plus important puissent être trouvés pour restaurer les bâtiments et leur donner une protection plus esthétique.

Bet Maryam       Bet Maryam

Quelques détails sur certaines églises :

Bet Maryam (ci-dessus et ci-dessous) : Dans cette cour se trouvent 3 églises, dont Bet Maryam est la plus imposante, avec une décoration très développée. Les plafonds et murs sont remplis de fresques peintent voilà plusieurs centaines d'années. La colonne dans la partie Est de la nef est recouverte en permanence d'un tissu. Il est dit que le Christ s'est appuyé sur cette colonne lorsqu'il est apparu en vision au roi Lalibela. Si vous pouvez éviter la vigilance tu prêtre, il est dit aussi que sur la colonne il est inscrit « Présent et futur du monde ». Cette église est dédiée à la Vierge Marie, très vénérée en Ethiopie et reste parmi les plus populaires des églises d'Ethiopie. Il est supposée que cette église fut la première construite par le roi.

Bet Maryam

Sculpture

 

 

 

 

Bet Golgota, Bet Mikael : Ces deux églises jumelée sont sitée près du tombeau d'Adam. L'église Bet Mikael sert d'antichambre de la chapelle Selassie, un des lieux les plus saints de Lalibela. La chapelle du Golgota est interdite aux femmes et c'est là que l'on trouve la croix de procession de Lalibella (celle que le roi utilisait pour les cérémonies). Dans la chapelle, se trouve une autre petite excavation, appelé le Tombeau du Christ. C'est là que se trouve une autre pierre mobile qui couvre la partie la plus secrète de cette ville sainte : La tombe du roi Lalibella. Une visite au Golgota vous assure ainsi une place au paradis.

 

  Bet Maryam     Bet Maryam

Bet Giyorgis (St-Georges), ci dessous : Un peu séparée des autres églises, c'est l'église la plus fameuse et la plus photographiée de la région. Elle représente l'apogée de cette tradition des églises taillées dans la roche. Elle est aussi la plus parfaitement taillée et la mieux conservée. Son architecture de base représente une croix orthodoxe grecque (cf photo ci-dessous). Bien qu'elle soit considérée comme l'église la plus récente, le style aksumite reste très présent. A l'intérieur se trouve un gros coffre en olivier qui aurait été taillée par le roi lui-même et dans lequel il y rangeait ses outils.

Bet Giyorgis

L'église de Na'akuto La'ab  : Cette église se trouve à 6 kilomètres à l'extérieur de la ville. Elle a été construite par le neveu et successeur de Lalibela, dans une grotte naturelle de la falaise. A l'intérieur, l'impératrice Zewditu a fait construire une autre petite chapelle, avec une horrible brique rouge. Des pierres en forme de réceptacle récoltent l'eau bénite qui suinte le long des murs de la falaise. La Bible illuminée ainsi que les couronnes visibles sur les photos de la section « La Légende de Lalibela » font partie des trésors de cette chapelle.

Na'akuto La'ab Point des enfers

Afin de faciliter les visites, des ponts ont été construits pour faciliter l'accès à certaines églises. La grosse rampe de pierre qui se présente ici devant nous représente le chemin du paradis.

Ancien palais de l'empereur

Bet Gabriel-Rufael  (ci-dessus): Le pont n'existait pas à l'époque. De part son architecture et son accès difficile, il est dit que cette église servait de palais royal. Il y a 3 salles différentes avec 2 cours intérieures. Le roi s'adressait à son peuple depuis la terrasse d'où fut prise la photo. Un précipice de plusieurs mètres entoure ce lieu.

Bet Abba Libanos (ci-dessous): Cette égllise est unique en son genre, car seul le plafond de l'église reste fixé à la roche. Les 4 autres murs ont été complètement détachés de la roche, ce qui veut dire que l'ont peut faire le tour de l'église sans problème, même si celle-ci est complètement dans la montagne.

Bet Abba Libanos

Voilà, il se fait tard, la fatigue se fait sentir dans les jambes, le soleil approche de l'horizon, il est temps de rentrer. Dernier petit tour de ville, dernier coup d'œil sur le panorama superbe depuis les hauteurs de la ville.

En ville

Panorama

 

[Addis] [Omo] [Le Tigray] [Harar] [Lalibela] [Langano] [Wenchi] [Awash] [Cuisine] [Littérature] [Portraits] [Documentaires]