Dori

Dori est une ville relativement importante, car elle est la ville qui accueille le siège de bon nombre d'ONG qui travaillent pour le développement du Sahel et la lutte contre la désertification, Gorom-Gorom étant déjà trop isolé des réseaux de communication.

Jean devant l'inspection scolaire

Nous avons trouvé refuge à l'auberge populaire. Le lit fut tellement agréable que mon dos en a gardé des séquelles pendant plusieurs jours. Arrivés tard le soir, nous avons droit à une visite nocturne de la ville.

Le lendemain, Jean Zongo, notre guide local nous fait visiter les bureaux de l'inspection régionale du niveau primaire de Dori où il travaille.

Lorsqu'il a passé 15 jours à Ouaga, je lui avais fait une petite introduction à l'informatique, car il n'avait jamais touché d'ordinateur de sa vie, malgré même qu'il est responsable de faire passer les examens d'admissions aux futurs professeurs qui désirent venir enseigner dans la région.

Puis nous partons à la découverte du marché. Force est de constater que depuis que nous avons dépassé Kaya le jour de notre départ, les fruits et légumes sont devenus quasi-inexistant sur les marchés.

Le marché de Dori
Détail d'un étalage

Ici on peut tout acheter à la pièce:

  • Un cube de bouillon
  • Un carré de sucre
  • Un sachet avec 5 cornettes
  • Une cigarette
  • Un bonbon
  • ...

 

Comme toujours, des gens nous racollent pour aller visiter telle ou telle boutique d'artisan.

Nous nous arrêtons chez un forgeron Touareg qui fabrique bijoux et petits couteaux.

Un forgeron-artisan touareg

L'orage menaçant à nouveau, nous devons presser le pas.

Le marché de Dori Une rue de Dori
Bus STMB

En milieu d'après-midi nous nous rendons à la gare routière pour prendre le bus en direction de Kaya. 14h: le bus de Kaya arrive. Le temps de le décharger, de le recharger et il reprendra le chemin inverse.

Mais en voulant entrer dans la gare routière, le bus a été chargé tellement haut qu'en reculant, il arrache tous les fils de téléphone qui passaient juste au-dessus. Tant pis pour les abonnés. Comme quoi ici il est très facile d'être coupé du monde.

Une fois le bus déchargé on se rend mieux compte de l'ampleur du matériel transporté en plus des hommes: Mobylettes, ventilateurs, tables, chaises, fruits, légumes, vêtements, vaisselle, bidons d'huile, chèvres et volailles vivantes, téléviseurs...

A se demander comment tout cela a pu être chargé sur le bus.

Marchandises

Le temps de changer encore une roue au bus et nous voilà partis en direction de Kaya pour la suite de notre voyage.

[Descriptif] [Au fil des jours] [Centre Guides] [Ouagadougou] [Dédougou] [Gorom-Gorom] [Ménégou] [Dori] [Pampa] [Kaya] [Manga] [Tiébélé] [] [La Toden] [Ouahigouya] [Bazoulé] [Cartes]