Toronto
Messe d'ouverture

Le temps d'une petite sieste à peine arrivés à l'école et installés et nous partons à la découverte des transports publics de Toronto pour nous rendre à Exhibition Place, lieu central de toutes les manifestations. La messe d'ouverture débute à 17h. Le soir, avec la foule il nous faut compter presque 4h pour retourner à l'école, située à environ 35 km.

Du mercredi au vendredi, le programme est souvent identique: Catéchèses (dans sa langue) à 10h30 suivies d'un moment que discussion avec questions et réponses. S'en suit à 12h une célébration eucharistique. Tout le monde se retrouve dans de grandes halles d'expositions transformées pour l'occasion en lieux de célébration. L'après-midi, libre à chacun de participer au festival de la jeunesse, une fois le repas pris (après plus d'un kilomètre de marche pour passer à la cantine à l'autre bout du terrain).

Thèmes des catéchèses:
Vous êtes le sel de la terre (mercredi)
Vous êtes la lumière du monde (jeudi)
Soyez réconciliés avec Dieu (vendredi)

Catéchèses et célébrations
Danses haïtiennes

Festival de la jeunesse:

Spectacle de danses haïtitennes proposées dans une paroisse du centre-ville.

Spectacle d'indigènes candadiens

Festival de la jeunesse:

Spectacle de danses proposées à Exhibition Place par un groupe d'aborigènes canadiens.

Projection de "Mother Theresa: the legacy" en première mondiale.

Festival de la jeunesse:

Sur la scène principale se produit le groupe officiel des JMJ avec Janelle. Les chants du CD sont repris en direct.

en attendant le pape

Puis sa Sainteté Jean-Paul II prend place sur le podium et accueille les 172 pays présents.

Festival de la jeunesse:

Présentation en première mondiale du film "Mother Teresa: The Legacy" au Queen Elizabeth Theatre d'Exhibition Place. Une vraie merveille.

De nombreuses personnalités sont présentes: La première dame du Canada, l'ambassadeur d'Inde, les plus hauts dignitaires de diverses églises, les réalisateurs, une délégation de la communauté de Mère Teresa, des témoins de la fin de sa vie, des proches des personnes apparaissant dans le film...

concert du groupe officiel de l'hyme des JMJ

Le jeudi soir a lieu la cérémonie d'accueil du pape. Une foule nombreuse se rassemble sur la place centrale d'Exhibition Place. Plus l'heure tourne, plus la tension monte.

Peu après 16h enfin, les hélicoptères arrivent. La papamobile sillonne alors la foule pour se rendre au podium. Que d'émotion pour ceux qui rencontrent le Saint-Père pour la première fois.

L'accueil du pape
Des rencontres

Le festival de la jeunesse, c'est l'occasion d'aller à la rencontre des autres, Suisses d'une part, mais du monde entier également. Occasion d'une petite photo pour figer à  jamais sur la pellicule ce bref instant d'échange.

La parc de la réconciliation

Festival de la jeunesse:

Parc Duc in Altum, parc de la réconciliation. Quel plaisir de se retrouver avec un petit groupe dans ce parc situé juste en dehors d'Exhibition Place, au bord du lac Ontario. Quel calme, quel silence. On a enfin quitté la place principale sans cesse envahie de pèlerins et très bruyante.

C'est un moment de repos bien agréable. Moyen aussi de préparer le chemin de croix qui suivra en soirée et le week-end avec le pape qui s'annonce. Cela me permet aussi de mieux faire connaissance avec le groupe qui me supporte à longueur de journée.

Taizé rassemble les foules

Festival de la jeunesse:

Les chants de Taizé attirent les foules. Les pèlerins emplissent l'église, les allées, l'entrée ainsi que les jardins environnants. A l'intérieur règne une chaleur étouffante. Puis nous prenons le chemin retour vers l'école. S'engage alors une discussion très intéressante sur les Vocations et nous ne voyons rien passer du trajet en bus et métro.

Veillée du vendredi

En raison d'une météo incertaine avec quelques orages, la délégation suisse nous propose une célébration à l'école (malheureusement les textes et homélie de cette célébration ne se trouvent sur aucun site officiel des JMJ) suivie d'un moment d'adoration et de chants en lieu et place du chemin de croix au centre ville. Tout le monde se retrouve à la cantine. 

Puzzle

Le moment est alors venu de reconstituer le puzzle parti en morceaux lors du week-end de préparation à Pensier. Au bilan, 3 pièces (la Trinité ?) manquent. Merci à Monseigneur Theurillat d'en prendre bon soin lorsqu'il y aura apporté la pièce manquante.

Dans la joie du Christ

Cette soirée se veut aussi une mise en condition pour la rencontre que nous allons vivre durant le week-end. Dès lors, une ambiance très étrange règne parmi nous dans les couloirs de l'école. Et pour ceux qui veulent approcher l'invisible, un joli poster contenant une image magique d'illusion nous attend au détour d'un couloir ;-)

En pélerinage

Samedi matin, départ à pieds pour Downsview Park. Une petite marche de 6 kilomètres (heureusement il fait beaucoup moins chaud qu'à Rome), entouré par des milliers de pèlerins de pays et langues multiples. Que de rencontres (certes de courte durée), de paroles échangées, de chants entendus, de drapeaux découverts.

En arrivant à Downsview Park

Enfin, on aperçoit au loin le podium, lieu final de notre pèlerinage.

800'000 personnes

Due à une mauvaise organisation, chaque groupe s'installe où il le désire (ou je devrais plutôt dire où il reste de la place). Certains sont venus de nuit et son là depuis 8h du matin. Les Suisses se retrouvent tous éclatés en petits groupes de 8 à 12 personnes. Heureusement notre groupe trouve une place relativement près du podium. Et on peut voir derrière nous la foule de 800'000 jeunes assemblés dans un même but: la rencontre avec le Christ.

En fin de journée, le pape arrive enfin et s'apprête à pourfendre la foule pour atteindre l'immense podium dressé pour l'occasion.

La veillée

Puis, tard dans la nuit, chacun s'installe pour dormir à la belle étoile. Nous nous trouvons entourés par 200 Tahitiens l'espace d'une nuit. A côté, des pèlerins de Curaçao égaient notre soirée de chants des Caraïbes. Plus loin d'autres groupes discutent, d'autres entraînent tous les passants dans une danse effrénée sur un air de guitare ou de djembé. Partout la joie, la vie, mais aussi la fatigue. Certains vogueront ainsi de pays en pays jusqu'au bout de la nuit.

A l'aube, le réveil se fait en catastrophe à 6h du matin. En effet, les éléments naturels se déchaînent et nous arrosent copieusement pendant 5 minutes. Chacun essaie tant bien que mal de mettre ses affaires à l'abri, dans des sacs poubelles, sous les parapluies, dans des plastiques, dans les cartons qui auraient dû servir de poubelles. Puis l'entraide s'organise pour prêter des vêtements secs à ceux qui se sont laissés surprendre, du journal pour sécher les souliers, des sacs poubelles pour sauver ce qui peut encore l'être, pour abriter les affaires de ceux qui sont restés bloqués de l'autre côté de la route (fermée depuis 7h pour le passage du pape) en allant chercher le déjeuner ou en visite aux sanitaires. Les plus chanceux sont ceux qui ont senti venir la pluie le soir déjà et qui alors avaient déjà mis toutes leur affaires à l'abri.

L'arrivée du pape

Puis commence la veillée.

 

Les images restent les images. L'ambiance se passe de commentaire. Un tel moment doit être vécu pour être compris.

Veillée lumineuse
Bonne nuit
Après la pluie, le beau temps

La pluie nous laisse un peu de répit pour le déjeuner (enfin pour ceux qui l'on eu, car il faut presque une heure pour faire l'aller retour entre notre dortoir de fortune et le lieu de distribution des repas). Mais au moment de l'arrivée du pape, le ciel se déchaîne à nouveau. Pluie, tonnerre et bourrasques de vent. Au pied du podium, c'est un vrai bourbier au milieu de matelas et sacs abandonnés en catastrophe. Chacun essaie tant bien que mal de ne pas tomber dans la boue, de garder son parapluie entier dans les bourrasques de vent... Que ne ferait-on pas pour écouter le Saint Père. Et la célébration débute par le rite de l'eau. Pour une fois, l'aspersion se fait de manière naturelle. Signe ou pas, lorsque le pape prend la parole et conclue le rite de l'eau, la pluie cesse aussi subitement qu'elle est arrivée.

La bénédiction papale

Encore quelques minutes et au moment de l'Alléluia pointent les premiers rayons de soleil. On peut donc commencer à se découvrir et à profiter de la chaleur du soleil.

Malgré tout, les dégâts sont faits au terrain. Même les aubes blanches des prêtres ne font pas bon ménage dans la boue lors de la communion.

Vous êtes le sel de la terre, vous êtes la lumière du monde.

Si la jeunesse se refroidit, c'est la Terre entière qui gèlera.

Rayonnez le Christ, Soyez brûlant de lui.

Vous les jeunes, vous êtes le monde de demain.

N'ayez pas peur de témoigner.

La gadoue

"Nous ne sommes pas la somme de nos faiblesses et de nos échecs; au contraire, nous sommes la somme de l'amour du Père pour nous"

"Deux voies sont en compétition pour s'emparer de votre âme. Il n'est sans doute pas de ténèbres plus épaisses que celles qui s'insinuent dans l'âme des jeunes lorsque de faux prophètes éteignent en eux la lumière de la foi, de l'espérance et de l'amour. La tromperie la plus grande, la source la plus importante de malheur consistent dans l'illusion de trouver la vie en se passant de Dieu, d'atteindre la liberté en excluant les vérités morales et la responsabilité personnelle."

"Le monde dont vous hériterez est un monde qui a désespérément besoin d'un sens renouvelé de la fraternité et de la solidarité humaine."

"Même si j'ai vécu des moments de profondes ténèbres, sous de durs régimes totalitaires, j'ai vu assez de choses pour être convaincu de manière inébranlable qu'aucune difficulté, qu'aucune peur n'est assez grande pour étouffer complètement l'espérance qui jaillit éternellement dans le coeur des jeunes"

Départ du pape

Au retour on s'arrête pour prendre le repas (cela laisse ainsi le temps à la majorité des pèlerins de quitter le terrain). La photo est prise ici depuis le centre de distribution des repas. On discerne au loin le podium avec juste au pied notre campement de la nuit. Cela permet de donner une meilleure impression des distances.

Merci à dame nature de nous avoir gratifié de ses bourrasques de vent, ce qui a rendu le repas très animé entre les assiettes qui se retournent, les détritus qui volent de tous côtés...

Sur ces belles paroles et en conclusion de cette 17e journée mondiale de la jeunesse, le pape nous invite à nous rendre à Cologne en Allemagne pour 2005 puis nous quitte définitivement afin de continuer son périple vers le Mexique.

Merci à Nilou, Karuna, Magali, Lucie, Angélique, Johann, Céline, Emilie, Jacqueline et Lydie pour leur compagnie durant ces deux journées.

Le podium vue depuis la cantine
Downsview Park déserté

Nous quittons le terrain dans les derniers. Un seul objectif commun: retourner à l'école par n'importe quel moyen. Comme la majorité est déjà partie, il y a beaucoup moins de monde sur les routes, mais l'accès au métro est bondé. Nous optons donc pour une petite marche vers un arrêt de bus.

Et avec la bonne étoile qui nous guide depuis 10 jours, nous n'avons pas besoin d'attendre plus de 10 minutes avant de trouver une place pour tout le groupe dans un bus.

Départ devant l'école

Une dernière veillée le dimanche soir en forme d'adieux réuni devant l'école le groupe Lausanne. Merci François pour ce moment. Chacun s'en souviendra au plus profond de lui. (Malheureusement les textes de ces célébrations ne se trouvent sur aucun site officiel des JMJ)

Et le lendemain matin, nous quittons l'école pour partir en direction de Montréal. Plus de 6h de trajet dans un bus scolaire.

Sur le chemin du retour

Mais la fatigue aidant, beaucoup n'ont rien vu de trajet et de l'inconfort du bus.

Nous arrivons juste à l'heure à Montréal pour l'enregistrement des bagages. Dû au retard des bus à Toronto, un groupe a malheureusement manqué son avion. Encore quelques lacunes dans l'organisation canadienne.

Après 8h de vol nous approchons de notre foyer. On discerne déjà dans le lointain la Gruyère avec son lac et son chef-lieu, Bulle et le Gibloux au premier plan.

Le bus Lausanne
La Gruyère vue du ciel

Dernière photo de famille des rescapés canadiens du bus Lausanne, à l'arrivée à Genève.

Merci à Alice, notre vaillante responsable de bus et l'abbé François, notre animateur spirituel.

Merci aussi à Jorge, Ivan, Rohan, Pilou, Cynthia, Romain, Tristan, Valérie, Angélique, Steve, Vincent (alias Don Camillo), Aurélien, Sophie, Marco, Lucie, Christine, Robert, Anne-Marie, Jean-Claude, Elisa, Loïc-Marco, Céline, Laura, Emilie, Marie-Astrid, l'abbé Hervé Jean, Jacqueline, Anne, Guillaume, Fabrice, Anouk, Magali, Sylvie, Mireille, Antoine, Pamela, Adeline, Laura, Johann, Géraldine, Stéphanie, Stéphanie, Vincent, Nilou, Karuna et Lydie.

Puis chacun s'en retourne chez soi témoigner aux 4 coins de la Suisse Romande (de la brousse genevoise en passant par le dialecte haut-valaisan, les fond de vallées jurassiennes, sans oublier les conservateurs fribourgeois, les citadins vaudois et neuchâtelois).

Les groupes se divisent petit à petit au fur et à mesure que l'on s'éloigne de Genève, au point de se retrouver seul sur le dernier trajet. Dur dur de ne pas s'endormir.

Mais quel plaisir d'avoir vécu une telle expérience.

François, notre animateur spirituel

Un dernier plaisir, l'hyme des JMJ 2002: Lumière du monde.

Cliquez ici pour découvrir encore les chiffres impressionnants.

Vous n'avez toujours pas compris ce que sont les JMJ, alors revenez au début.

Crédits photos: Alex, Jacqueline, David

[Québec] [Toronto] [Light of the World] [Quelques Chiffres]